BASELWORLD 2016: bilan positif pour la centième édition

 

Fort attrait médiatique et recul du nombre de visiteurs

Baselworld 2016

Baselworld 2016

Baselworld est la plateforme unique où se réunissent les acteurs clés de l’industrie horlogère et bijoutière mondiale, ainsi que les secteurs des diamants, des pierres précieuses, des perles, des machines et autres branches annexes.

Quelque 150’000 professionnels, de plus de 100 pays, se rendent vers Bâle chaque année pour y prendre le pouls de l’industrie. Sur 141’000 mètres carrés, ils s’inspirent des innovations et des créations exposées avec splendeur, découvrent les nouvelles tendances et font l’acquisition des dernières collections présentées par 1’500 marques, parmi les plus réputées et prestigieuses au monde. Huit jours par an, Baselworld devient le centre névralgique de toute l’industrie. L’impact suscité par celui-ci se répercute partout dans le monde: l’actualité sur les derniers lancements se diffuse aux quatre coins de la planète et les nouvelles collections, attendues avec impatience, seront visibles d’ici quelques mois dans les vitrines les plus célèbres des grandes métropoles.

Stands Graff & Hermès

Stands Graff & Hermès

Hall of Fame

Hall of Fame

Le bilan de cette centième édition se veut malgré tout positif, alors que le salon se tenait avec en toile de fond un contexte économique et politique morose. Son ralentissement était notamment illustré par le repli des exportations horlogères suisses en février (-3,3% sur un an), pour le huitième mois consécutif. Au total 145’000 visiteurs, exposants et acheteurs se sont retrouvés à Baselworld cette année, soit 3% de moins que l’année dernière, selon le communiqué des responsables de la foire. A l’inverse, les journalistes ont été 2,3% de plus en comparaison avec l’édition précédente: ils étaient 4’400, issus de septante pays.

Parmi les grandes attractions de cette édition 2016, on ne pouvait pas passer à côté de la montre Monsieur dévoilée par Chanel, premier garde-temps masculin à heures sautantes et minutes rétrogrades entièrement développé à l’interne et mis au point pendant cinq ans dans le plus grand des secrets. Une vraie réussite esthétique et véritable prouesse technique. Pour 2016, cette première édition de la montre Monsieur est disponible à 150 exemplaires pour la montre en or beige, 150 exemplaires pour le modèle en or blanc (photo ci-dessous).

Monsieur de Chanel

Monsieur de Chanel

Hublot avec son savoir-faire reconnu et son innovation légendaire nous a surpris également avec sa nouvelle Big Bang Unico Sapphire, transparente et futuriste, tout en saphir presque crystallin. La carrure, la lunette et le fond du boîtier sont taillés dans des blocs de saphir. Seul les vis, la couronne, les poussoirs et la boucle déployante sont en titane. Son cadran squeletté en résine transparente dévoile le mouvement maison Unico HUB1242 et ses finitions. Cette petite oeuvre d’art contemporain est éditée à seulement 500 exemplaires (photo ci-dessous).

Hublot Big Bang Unico Sapphire White

Hublot Big Bang Unico Sapphire White

Chez Rolex, c’est la réédition de la mythique Oyster Perpetual Cosmograph Daytona Paul Newman  (1963) en acier 904L qui a fait sensation. La lunette noire rappelle en effet celle du  modèle de 1965 muni d’un disque noir en plexiglas. Cette évolution combine haute technologie et esthétique racée, tout en rendant hommage à l’héritage de ce chronographe de légende. Très moderne, et à la fois intemporelle, cette montre 100% maison devrait faire le bonheur des amateurs de la marque et des fondus de garde-temps inspirés par la course automobile (photo ci-dessous).

Oyster Perpetual Cosmograph Daytona Paul Newman

Oyster Perpetual Cosmograph Daytona Paul Newman

Baselworld est l’occasion pour les distributeurs de venir sentir l’atmosphère de l’industrie dans les travées du salon mais aussi la seule possibilité de découvrir  en avance les nouveaux modèles, les essayer et remplir ainsi leurs carnets de commande avec certaines marques.

Publiées par la Fédération horlogère durant le salon, les statistiques des exportations horlogères en direction de Hong Kong en février ont chuté à nouveau de 25,3%. Cette nouvelle a plombé le moral des détaillants hongkongais qui se retrouvent avec un excédent de pièces invendues. Cependant, certaines marques comprennent bien la situation et essayent de soulager leurs détaillants avec le surplus de stock en leur accordant des crédits sur de nouvelles pièces en échange d’une reprise de leurs vieux stocks d’invendus. Quand l’économie va mal, tout le monde se serre les coudes. Il y a une vraie entraide entre certaines marques et leurs détaillants.

Unanimement reconnue pour son dynamisme, son esprit visionnaire et son inventivité, l’industrie horlogère et bijoutière conclut donc positivement cette nouvelle édition de Baselworld 2016.

Relevant le caractère unique de Baselworld, François Thiébaud, Président du Comité des Exposants Suisses, en souligne aussi la dimension: « Baselworld est le centre du monde horloger et bijoutier – un lieu unique où l’industrie entière se donne rendez-vous une fois par an ». Il ajoute: « Dans les halles, vous rencontrez non seulement tous les acteurs clés de notre industrie mais vous ressentez aussi un esprit de créativité que seul Baselworld parvient à concentrer. C’est un endroit unique, où l’on peut à la fois s’inspirer des nouveautés présentées et plonger dans une atmosphère remarquable qui exhale la pure inventivité. » À l’issue de cette édition, M. Thiébaud conclut que tout ce qu’il a vu et entendu durant la semaine le conforte dans sa conviction que l’industrie horlogère « se montre très confiante face à l’avenir » et que l’impact absolument unique des medias suscité par Baselworld « va réaffirmer les forces et les caractéristiques qui ont défini cette industrie au fil des siècles et lui ont permis de surmonter d’innombrables défis. »

 

Notre interview

Lors de notre visite, nous avons rencontré Marjanko Jakimovski (ci-après MJ), merchandising designer dans l’horlogerie, qui a accepté aimablement de répondre à nos quelques questions :

Crieur.ch : Marjanco, vous êtes un habitué de Baselworld ayant déjà collaboré avec plusieurs marques horlogères prestigieuses en qualité de merchandising designer. Quelles étaient vos attentes pour cette nouvelle édition en tant que visiteur ?

MJ : Cette année je me suis rendu à Bâle pour, d’une part voir les stands/déco et l’évolution par rapport à l’année précédente, et d’autre part pour mesurer la température quant à la « crise », si on ose utiliser ce mot qui fait tant peur aux médias suisses.

Crieur.ch : Quel est votre regard par rapport à la décadence de certains stands de marques horlogères prestigieuses qui investissent plusieurs dizaine de millions de francs pour présenter leurs nouvelles collections pendant 8 jours ?

MJ : Je me demande toujours pourquoi autant de millions sont investis pour une durée aussi courte. J’imagine bien que le budget pourrait être investi ailleurs et d’une manière plus intelligente avec plus d’impact au niveau marketing. Prenons l’exemple de la marque de voiture « Tesla ». Elle était présente au salon international de la voiture à Genève, mais son stand était ridiculement petit et insignifiant quand on l’a comparé aux concurrents. La stratégie de Tesla est d’investir tout son budget marketing pour fournir gratuitement les propriétaires d’une voiture Tesla en électricité (et ce gratuitement). Je trouve que ce genre de coup marketing vaut la peine et est, d’un point de vue marketing d’une intelligence sans égale.

Crieur.ch : Quels sont vos coups de cœur cette année en termes de nouveaux produits ou nouveaux displays puisque c’est votre domaine d’expertise et pour quelles raisons ?

MJ : Les vitrines Chanel étaient très poétiques et un étage plus haut, Romain Jérôme a repris un classique des jeux vidéos des années 80 « super Mario ». Je trouve drôle et ça fait plaisir de voir qu’une telle marque a un peu le sens de l’humour.

Crieur.ch : Votre métier de merchandising designer dans le monde horloger vous a amené à voyager sur tous les continents (ou presque). Quel est le défi majeur des marques horlogères pour exposer et vendre leur produit aux 4 coins du monde ?

MJ : Le plus gros défi est de faire comprendre aux marchés les lignes directrices de la marque, de les suivre et d’exposer les produits en conséquence. Un autre défi important est de faire comprendre aux commerçants de mettre moins de produits en vitrine. Ils ont toujours tendance à vouloir présenter tout leur stock  en pensant que le chaland va acheter. Mais trop de produits dans une vitrine tue le produit.

Crieur.ch : Si vous souhaitiez acquérir une montre mécanique haut-de-gamme, pourriez-vous imaginer requérir dans le futur à une nouvelle plateforme de leasing on-line destinée aux montres et aux bijoux de luxe basée en Suisse ?

MJ : L’achat d’une montre de luxe est un plaisir que je me suis fait et que je me ferai peut-être à l’avenir. Mais c’est un plaisir que je ne veux pas mettre « au crédit ».

Crieur.ch : Que pensez-vous de ce nouveau concept qui existe déjà chez nos voisins français et anglais qui s’offre depuis peu aux amateurs de belles mécaniques ?

MJ : A mon avis, le système de leasing est pour moi uniquement réservé à l’achat d’une voiture. Je ne me verrais pas utiliser ce genre de service pour l’achat d’une montre.

Crieur.ch : Aujourd’hui (ndlr 24 mars), Baselworld ferme ses portes. Malgré une ambiance morose de l’industrie en 2015 et un climat économique actuel incertain, le salon a affiché avec surprise une entière satisfaction de la plus part des marques présentes. Quel a été votre sentiment dans les différentes halles visitées et quelle était l’atmosphère générale sur les stands ?

MJ : Mon sentiment global était déprimant. Il y avait du  monde, mais très peu d’enthousiasme, les visages étaient crispés. Malgré la foule, très peu de bruit, très peu de vie finalement dans la foire.

Crieur.ch : Reviendrez-vous l’année prochaine ?

MJ : Je pense que oui. Il y a toujours de nouvelles scénographies, de nouveaux décors et certaines marques méritent le détour du fait de leur créativité et leur innovation.

Merci à Marjanco d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

La prochaine édition de Baselworld aura lieu du 23 au 30 mars 2017.

Baselworld 2017

FacebookTwitterEmailWhatsAppLinkedInShare

Anthony Kvaternik

Rédacteur région Bâle Dreiland